SQLSTATE[23000]: Integrity constraint violation: 1062 Duplicate entry 'x6PWlSWLtT6Nsm8dYM8EZe05b08K3TzrQed2XZDhJzU2MS5Au35k8Wf9NdKGX9YE' for key 'sid' Éditions Pierre-Guillaume de Roux | Livres
En librairie le 7 Novembre 2019
  • ISBN:
    2-36371-315-5
  • Format:
    140x225
  • Page:
    224p.
  • Prix:
    25 €
Vert dragon
Philippe Barthelet

« Roman de la langue », avons-nous dit quand la manie définisseuse de notre époque nous serrait de trop près, pour désigner sous un seul titre, générique, sept chapitres ou épisodes – L’Étrangleur de perroquets, Baraliptons, L’Olifant, Fou Forêt, Salut aux bêtes sauvages – dont voici le dernier, ce Vert dragon pour conclure, encore que la conclusion referme, comme son nom l’indique, et qu’ici il n’y ait rien à refermer, tout au contraire.

La langue est le plus étrange des pays natals, on la connaît d’avance, par cœur ; il reste à la découvrir en l’explorant, et l’explorateur ne se distingue pas du pays qu’il explore ni de l’instrument de son exploration... Il se trouve enfin que cette langue est le français, qu’il fut jadis la merveille du monde et qu’il faudrait aujourd’hui l’oublier, le laisser aux anges d’Hoffmann (« parler français comme des anges ») ou aux bêtes de M. Jourdain (« Quelle étrange chose de parler à des bêtes!»). Ou peut-être aux amateurs de romans, qui tiennent de celles-ci autant que de ceux-là.

Hors le « Roman de la langue », Philippe Barthelet a notamment publié, aux éditions Pierre-Guillaume de Roux, Les Mots éclaireurs. Valère Novarina et le drame de la parole (2014) et Le Ciel de Cambridge. Rupert Brooke, la mort et la poésie (2015).

Diffusion CDE/SODIS

La presse en parle
Aucun article