En librairie le 18 Janvier 2018
  • ISBN:
    2-36371-230-1
  • Format:
    123x195
  • Page:
    p.
  • Prix:
    23 €
Place Oberdan à Trieste de Boris Pahor
Boris Pahor

« C’était l’époque de l’essor économique et culturel slovène, ce qui ne faisait l’affaire ni de la municipalité de Trieste ni de certains milieux nationalistes, c’est pourquoi l’avenir de la ville ne s’annonçait pas radieux. Néanmoins les Slovènes de Trieste avaient fondé de nombreuses institutions et ils se défendaient aussi si quelque bande fanatique s’attaquait à eux au retour d’un de leurs cercles de lecture.

Guglielmo, blond, élancé, de nature réservée, enleva le k final de son nom de famille et se mit à fréquenter les irrédentistes. Il ne s’adonna probablement pas à leurs rixes urbaines, il s’inscrivit à l’École polytechnique de Vienne et fut bientôt appelé au service militaire. Ne voulant pas servir sous les ordres de la capitale autrichienne haïe, il jeta son uniforme aux orties et franchit la frontière. Psychiquement instable, il était obsédé par une seule idée, comment réveiller le cœur de Trieste et allumer chez ce peuple commerçant la flamme de la révolte ? Il voulait se sacrifier, donner l’exemple, scandaliser si nécessaire ; et au moment de son arrestation à Ronchi, il répéta avec ostentation que sa bombe était bien destinée à l’empereur François Joseph qui devait venir à Trieste en 1 882. Il l’affirma encore résolument devant le tribunal afin d’être condamnécomme, en quelque sorte,  un coupable qui aurait déjà lancé la bombe.

Oui, voilà des choses bien connues, me disais-je tout en constatant que ma façon de voir ce jeune homme avait changé. Il est vrai qu’il avait abandonné sa consonne finale, me disais-je, mais il n'avait pas pu rejeter, avec elle, ce qui était archétypique dans la lignée de Jozefa Marija, cette tendance à l’idéalisme et à la recherche de l’universalité. Le jeune homme avait transmis l’aspiration de la petite communauté maternelle à dépasser son cadre étroit à un groupe de fanatiques qui rêvaient de liberté et luttaient contre le puissant empire. C’est ainsi que dans la crypte qui lui est dédiée, là où la corde a serré sa nuque, il y a la statue d’un homme nu qui est un martyr pour la communauté italienne et, pour la communauté slovène, un cas typique de ses nombreuses pertes, tragiques et pitoyables à la fois.

J’ai évidemment pensé à Franc Kavs, un jeune homme de Tolmin, à sa ceinture bourrée d’explosifs, qui aurait dû libérer la population de la dictature fasciste lors de la visite de Mussolini ; mais Kavs avait un idéal de liberté bien différent. Il ne fut pas pris avant l’attentat, il y renonça de lui-même car l’explosion aurait ôté la vie à des écoliers venus saluer le grand chef. Malgré cet acte profondément éthique, Kavs fut condamné à mort puis gracié ; mais le juge italien, comme avant lui son collègue autrichien, le condamna ensuite sur sa seule intention. »

Boris Pahor, chantre de la mémoire slovène, évoque à travers ces nouvelles  inédites les actes de résistance tantôt frappants tantôt subtils, les souffrances passées inaperçues et les gestes d’amour de quelques héros anonymes.

Auteur de Pèlerin parmi les ombres (La Table ronde), aujourd’hui classique incontournable, Boris Pahor est une figure majeure de la culture européenne dont l’oeuvre est traduite dans le monde entier.

DIFFUSION CDE/SODIS

La presse en parle
1st Portfolio Thumb
VA

Place Oberdan à Trieste de Boris Pahor

1st Portfolio Thumb
Causeur

Place Oberdan à Trieste de Boris Pahor

1st Portfolio Thumb
en-attendant-nadeau.fr

Place Oberdan à Trieste de Boris Pahor

1st Portfolio Thumb
Le Figaro littéraire

Place Oberdan à Trieste de Boris Pahor