SQLSTATE[23000]: Integrity constraint violation: 1062 Duplicate entry '1urv0BewZMOEQ4sdOfGPPAfdpj2QLCoCXGXN729WFOrlIJonOV2tl7xBhpiTSxlF' for key 'sid' Éditions Pierre-Guillaume de Roux | Livres
En librairie le 21 Janvier 2021
  • ISBN:
    2-36371-349-0
  • Format:
    123x195
  • Page:
    p.
  • Prix:
    15 €
Ma dernière séance
Thomas Morales

« Ma dernière séance » ne ressemble à aucun autre livre sur le cinéma, Morales brouille les pistes, refuse les exégèses lourdes et sentencieuses, il s’amuse avec ces trois « bornes existentielles » et « réalise » un objet littéraire détonnant. Jamais personne avant lui n’avait écrit sur le 7ème art en mélangeant les styles et les angles de vue, en s’amusant des filmographies et en décrivant si bien l’âge d’or qu’a connu notre pays. Á la fois, précis de sociologie, galerie de portraits enlevés, manuel de résistance, ode à la nostalgie et jeu littéraire. Loin du fracas du quotidien, un retour aux fonda- mentaux. On retrouve à l’intérieur de cette cavalcade tout ce qui a fasciné plusieurs générations de spectateurs, c’est-à-dire la naissance de la comédie à la française sur grand écran.

Un réalisateur et deux acteurs qui, par leur caractère et leur talent, ont façonné notre manière de penser et ont été de merveilleux professeurs d’insolence. « Ma dernière séance » rend un hom- mage sincère au cinéma populaire de qualité, où l’action et les mots s’entremêlaient, où ces trois légendes n’instrumentalisaient pas le public, où le divertissement offert était le fruit d’un long travail et d’une maitrise parfaite de leur art. « Ma dernière séance » trace aussi les contours d’une France qui tend à disparaître : l’amour du beau jeu, l’intelligence du propos, le tact, la pudeur, l’absence d’esprit de sérieux, etc... Sous une apparente innocuité, ces trois personnages essentiels des années 1960 à 1990 ont été des marqueurs sociaux inestimables, trop souvent ignorés par la critique officielle.

Thomas Morales, avec son goût de la phrase qui pétarade, maître en mélancolie amère, diffuseur enamouré des Trente Glorieuses réussit à donner corps à trente ans de cinéma conspués par l’in- telligentsia et plébiscités par les gens, tout simplement. Si cet essai d’un genre très particulier rap- pellera de merveilleux souvenirs aux lecteurs, il se veut aussi original par sa structure narrative. Morales n’est pas un conteur ordinaire, il dévoile son univers et ses foucades, ses colères et ses failles, par l’entremise de ces trois monstres.

Par l’auteur de Tais-toi quand tu écris, Adios, Un patachon dans la mondialisation et Un été chez Max Pécas.

Diffusion/distribution CEDIF/POLLEN

 

La presse en parle
Aucun article