En librairie le 4 Avril 2019
  • ISBN:
    2-36371-287-5
  • Format:
    123x195
  • Page:
    p.
  • Prix:
    23 €
Les Incandescentes - Simone Weil, Cristina Campo et Maria Zambrano
Elisabeth Bart

Lire Simone Weil (1909-1943), Cristina Campo (1923-1977), Marίa Zambrano (1904-1991), ces « flammes libres », c’est d’abord écouter leur voix, longtemps recouverte par l’obscurantisme de notre époque, celui qui refuse toute lumière autre que celle d’une raison sèche, désincarnée. Leurs oeuvres sont devant nous. Il a fallu du temps pour reconnaître le génie de Simone Weil et de Marίa Zambrano, dont une oeuvre magistrale, L’Homme et le divin, publiée en 1955 au Mexique, fut refusée par Gallimard malgré le soutien d’Albert Camus, bien avant qu’elle reçoive le prix Cervantès à Madrid en 1988 pour l’ensemble de son oeuvre. Quant à Cristina Campo, on commence seulement à la lire en France, elle qui a si peu publié de son vivant et dont la plupart des écrits, enfouis dans des malles, ont disparu, dispersés par ses héritiers après sa mort en 1977.

Ces trois voix ont brûlé, dans les ténèbres du XXe siècle — cette longue nuit de guerres, de totalitarismes, de barbarie où nous errons encore —, de leur désir de vérité et de cette volonté qui consiste à aimer inconditionnellement. Trois femmes, trois voix qui s’entrelacent sans le savoir en une seule flamme dans la nuit où le Verbe se fait silence, dans trois langues vivantes et soeurs, le français, l’italien, l’espagnol. Si différentes dans leur absolue singularité , elles se ressemblent, toutes trois de la lignée d’ Antigone, éminente figure du sacrifice, de l’offrande sans concession, de l’amour sans conditions, du « moi » consumé pour accéder à l’être, sans lesquels il n’est pas de révolte authentique.

Dans le temps de vie qui leur fut imparti, brève et fulgurante trajectoire de Simone Weil, morte à trente-quatre ans, longue vie de Marίa Zambrano du début à la fin du siècle, parcours orienté dès la naissance par la maladie, pour Cristina Campo qui ne connut pas la vieillesse, elles ont eu cette capacité si rare de transformer leur vie en destin. Toutes trois ont connu l’extrême souffrance, à travers l’épreuve de la maladie, pour Simone Weil et Cristina Campo, ou celle de l’exil pour Marίa Zambrano, à travers les ruptures, les deuils, aussi. Toutes trois ont vécu dans le monde et hors du monde, hors des modes, hors de l’air du temps.

Une parenté les lie , de celles que Nietzsche nomme « amitiés stellaires » qui n’ont de lieu que dans l’espace de la pensée, de l’intelligence et de la vérité, perceptible dans leurs thèmes qui se font écho — une écholalie, comme l’écrit André Hirt à propos de Baudelaire, Wagner et Nietzsche — parenté dont Cristina Campo serait la jointure poétique, elle qui découvre La Pesanteur et la Grâce en 1950, oeuvre de Simone Weil qu’elle contribue à importer en Italie, et qui « reconnaît aussitôt dans la philosophe française une soeur. Plus intense, plus brûlante. » On Chacune se reconnaît chacune en l’autre dans une triangulation dont l’enjeu n’est autre que cette mystérieuse activité, « écrire », comme pratique rationnelle du logos et simultanément, expérience mystique.


Elisabeth Bart est professeur et lettres et critique littéraire.

Diffusion CDE/SODIS

La presse en parle
Aucun article