En librairie le 15 Mars 2018
  • ISBN:
    2-36371-238-7
  • Format:
    140x225
  • Page:
    p.
  • Prix:
    23 €
Le Temps est un faucon qui plonge
Marc Alyn

« De retour à Reims, au lendemain de la Nuit de la Poésie, enrichi de quelques amitiés neuves, mais toujours désargenté, j’obéis à la voix qui m’incitait à rentrer en moi-même, où le poème m’attendait. J’avais retrouvé, en marge de ma famille ombreuse et turbulente, la chambrette près du vieux tilleul - ma coquille, mon île - et là, j’écrivais. Assis à mon étroite table sous la lampe éclairant chichement le blanc de la feuille, je m’interrogeais sur le temps, jardin suspendu au-dessus du vide dont nous sommes à la fois les invités et les captifs.

 Fruit de ce questionnement intérieur, Le Temps des autres vit  le jour. En 1956, Pierre Seghers le fit paraître sous une couverture rouge avec titre en retrait sur fond blanc. Ce recueil  connut une destinée singulière : plusieurs fois réédité puis  traduit en japonais avant d’être récité ou chanté par Jean-Louis Trintignant, Serge Reggiani et Marc Ogeret. Quelques  mois  plus  tard, le  18  mars 1957, le prix Max Jacob couronna le livre, procurant à son auteur une aveuglante notoriété. N’ai-je pas vingt ans le jour même ? Dans les salons dorés de l’hôtel Meurice, sous le crépitement du magnésium, je reçus l’accolade des monstres sacrés: Paulhan, Cocteau, Salmon, Supervielle, Mac Orlan, qui composaient le prestigieux jury.

   Un cliché reproduit dans la presse fixa cet instant initiatique: Cocteau levant  sa coupe de Dom Pérignon à la santé de « ces forces redoutables : génie/jeunesse qui, de loin en loin, s’associent pour créer ce scandale - un poète. » Pareil au voyageur frappé par la foudre, je titubai  à la fois de crainte et de soulagement, tandis que Salmon m’invitait  à boire le coup entre affranchis à Montparnasse. »

Marc Alyn, grand poète français, né en 1937 à Reims, raconte son histoire. Prix Max Jacob à 20 ans, l’âge de Rimbaud,  pour Le Temps des autres, soldat en Algérie, voyageur amoureux en Orient et à Venise, il fut également éditeur : il créa la collection Poésie/Flammarion. Il tint  la chronique « poésie » pour Le Figaro littéraire à la demande de François Mauriac. Ami  de Lawrence Durrell, Mandiargues, Jean Carrière, Roger Caillois et André de Richaud, il connaît le succès avec Le Piéton de Venise et Monsieur le chat. Goncourt de la poésie pour l’ensemble de l’œuvre.

Diffusion CDE/SODIS

 

La presse en parle
1st Portfolio Thumb
Le Matricule des anges

Le Temps est un faucon qui plonge de Marc Alyn

1st Portfolio Thumb
Service littéraire

Le Temps est un faucon qui plonge de Marc Alyn

1st Portfolio Thumb
VA

Le Temps est un faucon qui plonge de Marc Alyn