SQLSTATE[23000]: Integrity constraint violation: 1062 Duplicate entry '5TOtOWipdMaSda4Ipt3EJUcSM0zTnIJjsnC7aLmeonWsoQ0E9T8JEbsh1R1fqAoJ' for key 'sid'SQLSTATE[23000]: Integrity constraint violation: 1062 Duplicate entry 'DaSFkeoV6opaZnilvoMRXCC8lxyPOXsiXbN8f2Ubg9c5mkhHzTpmlSlwgJcVwu3k' for key 'sid' Éditions Pierre-Guillaume de Roux | Livres
En librairie le 24 Avril 2015
  • ISBN:
    2-36371-119-9
  • Format:
    195x125
  • Page:
    160p.
  • Prix:
    22 €
Le Grand dieu Pan
Arthur Machen

« Vous voyez la montagne, ces collines pareilles à des vagues ; vous voyez des bois et des vergers, le grain mûr des champs, les prairies qui dévalent jusqu’à la rivière. Vous me voyez debout à côté de vous ; vous entendez ma voix. Mais je vous dis, moi, que toutes ces choses – oui, depuis l’étoile qui vient de s’allumer au ciel, jusqu’au sol que nous éprouvons du pied –, je vous dis que tout cela n’est que du rêve et des ombres, les ombres mêmes qui nous voilent le monde réel. Il y a un monde réel ; mais il est sous cet éclat et sous ces visions, [...] derrière tout cela comme si un voile nous le cachait. Je ne sais si jamais un être humain a soulevé ce voile ; mais je sais que cette nuit, et devant vous et moi, Clarke, il le sera pour d’autres yeux. Peut-être trouverez-vous tout ceci étrange, insensé même : étrange, soit, mais réel ; et les anciens savaient ce que c’est que “lever le voile”. Ils appelaient cela voir le dieu Pan. »
Pour que le voile se déchire devant le « grand Pan », le Dr Raymond va user du scalpel et rien moins qu’inciser le cerveau de Mary, sa protégée. Cette opération chirurgicale renvoie-t-elle seulement à l’une de ces spectaculaires expériences dont raff ola le XIXe siècle, à la fois scientiste et spirite ? Ou bien s’agit-il de convoquer quelque chose de plus archaïque et autrement plus redoutable – de questionner notre capacité à soutenir le regard de la divinité ? C’est de toute façon l’eff roi qui est au rendez-vous : au drame de la jeune Mary va succéder une longue série d’événements aussi troublants que terribles.
Ce court roman d’Arthur Machen (1863-1947), qui compte parmi les plus célèbres de la littérature fantastique, est réédité dans la traduction qu’en donna le poète Paul-Jean Toulet (1867-1920) en 1901. Avec une préface d’Anne-Sophie Yoo qui en souligne les profondeurs spéculaires, et une couverture originale signée Philippe Druillet.

Diffusion CDE/SODIS.

La presse en parle
Aucun article