SQLSTATE[23000]: Integrity constraint violation: 1062 Duplicate entry 'rImIWjSpalVQ5ZZwBmmVHSj9xc34zxWQ58oSi77iiSZdIOAa0MVyv5xT8rNxPzdK' for key 'sid'SQLSTATE[23000]: Integrity constraint violation: 1062 Duplicate entry 'QDzeDJMtCmaXbJ0MA53vOwp46Rv091MQvcUZMwieJj1LSSnjNhFrEUmACHrBz3hV' for key 'sid' Éditions Pierre-Guillaume de Roux | Livres
En librairie le 6 Mars 2014
  • ISBN:
    2-36371-087-1
  • Format:
    140 x 225 mm
  • Page:
    336p.
  • Prix:
    24 €
La Tragédie des lettres russes
Boris Souvarine

  Fondateur du Parti communiste en France (1920), Boris Souvarine (1895-1984) a connu tous les grands dirigeants bolcheviques : Lénine, Trotski, Zinoviev, Staline, etc. Il est devenu l’ami de nombreux écrivains : Isaac Babel, Boris Pilniak, Dimitri Fourmanov... Après son exclusion en 1924, il a entamé un patient travail d’analyse critique du bolchevisme qui le conduit à publier Staline, aperçu historique du bolchevisme (1935), œuvre aujourd’hui encore inégalée. Souvarine s’est toujours soucié du sort des plus humbles et a tenté d’alerter les opinions publiques sur la réalité des répressions féroces – époque où « le cœur se serre et les cheveux se dressent sur la tête » comme l’a dit Pasternak – alors que les élites occidentales détournaient le regard pour des raisons politiques
à courte vue. Du Figaro (1939) à Preuves, puis du Contrat social (sa revue) à Est & Ouest, Souvarine s’est battu au moyen de sa seule arme : sa plume, sans espoir ni illusions, pour conserver la mémoire des disparus et pour la vérité, accumulant les documents sur le sort tragique des écrivains russes. Dénonçant l’imposture de la « déstalinisation » khrouchtchévienne, il défendit les vrais créateurs dans leur lutte inégale contre le régime, au premier rang desquels on trouve la noble fi gure de Boris Pasternak,
persécuté pour Le Docteur Jivago et conduit à la mort.

Près de trente ans après sa disparition, Souvarine demeure l’un des critiques les plus rigoureux du totalitarisme soviétique, et sa chronique de la tragédie des lettres russes permet d’en mieux comprendre la nature intrinsèquement liberticide.

Historien, Jean-Louis Panné fut secrétaire de Boris Souvarine. Il a publié en 1993 la biographie de celui qu’il considère comme son maître : Boris Souvarine, le premier désenchanté du communisme (Robert Laffont). Il a apporté sa collaboration à François
Furet pour son livre Le Passé d’une illusion. Essai sur l’idée communiste au XXe siècle (Robert Laffont/Calmann- Lévy, 1995). Il a été, avec Stéphane Courtois, l’initiateur du Livre noir du communisme (Robert Laffont, 1997).

Diffusion CDE/SODIS.

La presse en parle
1st Portfolio Thumb
Eléments

La Tragédie des lettres russes de Boris Souvarine

1st Portfolio Thumb
Le Matricule des anges

La Tragédie des lettres russes de Boris Souvarine