SQLSTATE[23000]: Integrity constraint violation: 1062 Duplicate entry 'p1Ac8Saeuy5YMBtjkFxTDSYMp9bC5DEku4mtNnx8MsXoUgx4MVOgDCTTCVlxoQIJ' for key 'sid' Éditions Pierre-Guillaume de Roux | Livres
En librairie le 6 Décembre 2018
  • ISBN:
    2-36371-262-2
  • Format:
    123x195
  • Page:
    150p.
  • Prix:
    20 €
Chesterton ou la quête excentrique du centre
Gérard Joulié

Converti au catholicisme mais demeuré Anglais, c’est-à-dire excentrique, l’écrivain Gilbert Keith Chesterton (1874-1936) se fait une certaine idée de la rédemption chrétienne à l’ère du romantisme décadent qu’il exècre :

«Hérétique, c’est-à-dire excentrique par rapport à son centre anglican, lui-même hérétique et excentrique par rapport à Rome dont il s’est détaché, Chesterton oppose à l’éternel contradicteur Satan l’Homme Ordinaire, celui qu’il appelle le Common Man, autrement dit l’homme créé par  Dieu,  pécheur  promis à  la  sainteté, alors que  l’homme   moderne, modelé sur le patron du dandy-luciférien est au contraire celui qui cherche à afficher sa différence.  

  Il  opposera donc la classe moyenne, dont il est issu et dont il se veut être le massif et incontournable porte-parole, à l’excentricité périphérique du dandysme d’Oscar Wilde. La décadence se produisant quand l’esthète prend le pas sur le croyant et que le « Beau », détaché du Bien et du Vrai croit pouvoir cavaler seul jusqu’aux bords brumeux du Néant.  »

D’où une vie de  combat, de grosse bagarres et d’aventures inénarrables :

« Un récit de Chesterton, c’est toujours une aventure exceptionnelle et flamboyante. Comment ! L’ordre, la raison, le bon sens auraient-ils des ailes ! Alors qu’une opinion courante veut que plus le héros est grand, plus il se confond avec tout le monde, plus il se fond dans la grisaille ambiante, plus il a de chances d’atteindre à l’universalité, Chesterton, lui, croque des types fantastiques, des excentriques, des lunatiques au sens propre du terme. Pour ces héros si actifs, si ardents, le monde est avant tout un champ de bataille où les bons repoussent perpétuellement les mauvais, l’esprit aussi tranquille que des guerriers entrant au Walhalla, car ces méchants sont de telle sorte qu’on n’en peut faire autre chose que de les boxer ou les pendre. » 

Gérard Joulié est un éminent traducteur de la littérature anglaise : Chesterton, Whyndam Lewis, Kenneth Grahame, Ivy Compton-Burnett, etc.

Diffusion CDE/SODIS

La presse en parle
Aucun article