SQLSTATE[23000]: Integrity constraint violation: 1062 Duplicate entry 'ofJ8TSiGwrvhWOseKSlwl5n1UbENsP8GVIFFrNbO5xVSbeXMX9884mZPnttF9rbV' for key 'sid' Éditions Pierre-Guillaume de Roux | Livres
En librairie le 28 Février 2019
  • ISBN:
    2-36371-283-7
  • Format:
    140x225
  • Page:
    240p.
  • Prix:
    23 €
Cavalerie rouge
Isaac Babel

Né à Odessa dans une famille de commerçants juifs, Isaac Babel (1894-1940) commence à écrire pendant ses études. Gorki le remarque et publie ses premiers textes en 1916. Épousant les révolutions de Février et d’Octobre 1917, il s’engage dans l’armée Rouge en 1920 et prend part à la campagne de Pologne au sein de la 1re armée de cavalerie de Boudionny. De cette expérience naîtront les récits de Cavalerie rouge, recueil publié en 1926. Écrivain reconnu, il est très tôt victime des Grandes Purges : arrêté en mai 1939, il est fusillé en janvier 1940. Ses oeuvres seront censurées jusqu’à sa réhabilitation, en 1954.

Plusieurs traductions françaises de Cavalerie rouge ont paru – la première, de Maurice Parijanine, date de 1928 ; en 2011, dans le cadre des OEuvres complètes d’Isaac Babel, on découvrait celle de Sophie Benech. Mais en 1972, à L’Âge d’Homme, paraissait celle de Jacques Catteau, qui fait figure de phénomène.

Car sa traduction est une oeuvre à part entière : il a su manier la langue d’arrivée avec ce qu’il faut de force poétique pour faire entendre les richesses stylistiques de la langue d’origine. Quitte à s’aventurer hors des usages : il y a quelque chose de rimbaldien dans l’écriture de Jacques Catteau ; échevelée, elle s’oralise, galope, sabre, invente... et fuse débridément jusqu’à l’ivresse dans ses plus fortes envolées. Le souffle épique est là qui fait vibrer les lignes – ce n’est pas un hasard si le traducteur lui a consacré l’étude par laquelle il clôt son oeuvre, « L’épopée babélienne ».

Allons, en selle ! Il est temps de redécouvrir Isaac Babel, sous la houlette de l’un des plus éminents slavistes français...

Traduit du russe par Jacques Catteau.

Jacques Catteau (1935-2013), ancien élève de l’ENS Saint-Cloud, agrégé de l’Université, a enseigné la littérature russe à l’université Paris-Sorbonne. Il est mondialement reconnu comme l’un des meilleurs spécialistes de la vie et de l’oeuvre de Dostoïevski, comme en témoignent, notamment, le Cahier de l’Herne consacré à cet auteur qu’il a dirigé en 1973, son magistral ouvrage intitulé La Création littéraire chez Dostoïevski (prix de la Critique littéraire 1979) ou encore son rôle de maître d’oeuvre dans la publication, pour la première fois intégrale, de la correspondance dostoïevskienne – trois volumes parus chez Bartillat. Mais il a aussi prêté son talent de traducteur à d’autres auteurs russes, tels Andreï Biély, Boris Pilniak ou Evgueni Zamiatine.

Diffusion CDE/SODIS

La presse en parle
Aucun article