SQLSTATE[23000]: Integrity constraint violation: 1062 Duplicate entry '4vHeATSrEiVz1E6EjxeoJmFOXaZC6wO0Rm5i5NzAVl0MPWhYkmdTyJxlJnOFKtwr' for key 'sid' Éditions Pierre-Guillaume de Roux | Livres
En librairie le 5 Décembre 2019
  • ISBN:
    2-36371-319-3
  • Format:
    155x240
  • Page:
    480p.
  • Prix:
    26 €
Anthologie classique définie par Confucius
Ezra Pound

L’Anthologie classique (le Shijing) rassemble les 305 poèmes – chansons populaires, odes pour les cérémonies de cour, odes religieuses –, sélectionnés et ordonnés, selon la tradition, par Confucius (551-479 av. J.-C.), dont la doctrine politique et sociale fut érigée en religion d’État et marqua profondément la civilisation chinoise. Ezra Pound voyait dans le confucianisme un véritable « code de la vie » et une possibilité de renou- vellement pour l’Occident. Après Les Entretiens de Confucius (ou Analectes), le poète américain traduit donc les odes confucéennes au temps de sa détention à l’hôpital St. Elizabeth’s. Sa connaissance du chinois peut sembler rudimentaire : il suit l’enseignement de son maître Fenollosa, et ses solutions ne sont pas exemptes de fantaisie. Toutefois, Pound accorde une importance particulière au travail de traduction et voit dans la concordance des langues un critère majeur de civilisation. Il préfère par conséquent toujours la restitution d’une inflexion vivante au strict respect de la syntaxe. Une approche non conventionnelle mais efficace, qu’avait remarquée Simon Leys : « Pound ne savait guère le chinois ; ses interprétations sont quelquefois loufoques... mais Pound a fait preuve d’une infaillible intuition des rythmes de l’original... son oreille ne se trompe jamais, et dans ce domaine il nous administre une leçon exemplaire. »

Ezra Pound (1885-1972) a révolutionné la poésie anglo-saxonne du xxe siècle, notamment en bâtissant de 1915 jusqu’à ses dernières années le poème-monde Les Cantos (Flammarion).

Jean-Paul Auxeméry, né en 1947 et auteur de plusieurs recueils poétiques (Parafe, Codex, Les Animaux industrieux, Failles/traces...) donne ici sa version de la traduction de Pound, qu’il complète par une solide introduction et un considérable appareil de notes. Ses nombreuses traductions de poésie américaine restent dominées par Les Poèmes de Maximus de Charles Olson (La Nerthe, 2009).

Diffusion CDE/SODIS

La presse en parle
Aucun article