SQLSTATE[23000]: Integrity constraint violation: 1062 Duplicate entry 'FuKnDzge0w7UJxjprPhIOXTur1VQc52IpDVT21XToVDXjNdAtk978SspJd5M8Yko' for key 'sid'SQLSTATE[23000]: Integrity constraint violation: 1062 Duplicate entry 'BFmdHBTkxw4x1Eb4E31fCt1p1TaYXPmpkytRZc2nzWKrqMmVFd17xTnpCnep2qFd' for key 'sid' Éditions Pierre-Guillaume de Roux | Livres
En librairie le 26 Octobre 2017
  • ISBN:
    2-36371-219-6
  • Format:
    123x195
  • Page:
    240pagesp.
  • Prix:
    20.9 €
Alep, la guerre et la diplomatie
Maria Khodynskaya-Golenishcheva

Regards de Moscou sur la crise syrienne ! Ce livre expose très précisément la « lecture russe » de la crise syrienne. On y comprend les raisons et les motivations des engagements militaires et diplomatiques de Moscou dans la guerre civilo-globale de Syrie. Globale, car elle fait interagir quatre dynamiques de conflictualité : 1) Washington contre Moscou ; 2) Riyad contre Téhéran ; 3) Ankara contre les Kurdes ; 4) enfin, les jihadistes « globaux » (Al-Qaïda) contre les jihadistes « locaux » (Organisation Etat islamique - Dae’ch).
La bataille d’Alep (été 2016 - décembre 2016) et ses conséquences cristallisent le point culminant de ce grand jeu de conflits régionaux et internationaux. La bataille pour la reconquête de cette ville (la deuxième du pays, mais en réalité la capitale économique) par les autorités syriennes s’est effectuée dans la cadre d’un accord russo-turc. Plusieurs tentatives et consultations russo-américaines afin de résoudre le « problème d’Alep » avaient échoué. L’auteur met en lumière les blocages du « groupe restreint » des États engagés - Russie, États-Unis, Iran, Qatar, Arabie Saoudite, Turquie -, montrant ainsi les enjeux et les dynamiques d’un nouvel ordre proche et moyen-oriental en train d’émerger.
L’auteur instruit une critique raisonnée et argumentée des initiatives de l’ONU pour « sauver » Alep. Sous prétexte de défendre les « droits de l’homme » et pour des considérations « humanitaires », les Nations unies ont cherché à endiguer les opérations antiterroristes menées par l’armée syrienne et les forces progouvernementales avec le soutien de l’armée russe. Pourquoi et comment l’ONU a-t-elle ainsi cherché à sauver les rebelles qui occupaient la partie orientale de la ville ? Quel furent alors les objectifs et l’agenda en creux, sinon caché de l’ONU ?
Enfin, place à la diplomatie ! La libération d’Alep est examinée aussi du point de vue des mécanismes de coopération internationale entre les acteurs régionaux et internationaux. C’est la partie prospective de l’ouvrage, indiquant - dans le domaine de la résolution des conflits - les perspectives susceptibles de ramener paix et stabilité dans cette région stratégique.
A l’issue de ce processus, le système actuel des relations internationales ne sera plus le même. Le Yalta régional qui résulte - d’ores et déjà - de la bataille d’Alep et de ses conséquences géopolitiques inaugure un nouvel ordre international, de nouvelles donnes rebattant les cartes, non seulement aux Proche et Moyen-Orient, mais aussi en Méditerranée, en Asie centrale et en Afrique !

Diffusion CDE/SODIS

La presse en parle
Aucun article